Pendant la Seconde Guerre mondiale, les monnaies nationales des pays conquis ont été dévaluées par rapport au Reichsmark, plaçant les forces d’occupation dans une situation de hausse de leur pouvoir d’achat. Parade martiale l idéologie allemande pdf à Oslo le 9 avril 1940. Un an plus tard, toutes les capitales des démocraties européennes, hormis Londres, Berne, Stockholm, sont occupées par les Allemands. Défilé de Panzers à Paris en 1941.

Les chars sont des Somua S-35 et Hotchkiss H35 français, reconvertis dans la Heer comme prise de guerre. Le statut des territoires soumis à la domination allemande dépend à la fois des conditions historiques qui ont conduit à cette domination et des projets que les Allemands peuvent avoir, à long terme pour les pays concernés. Ainsi, certains États sont annexés au Grand Reich. C’est le cas de l’Autriche, depuis l’Anschluss, en 1938, du Grand Duché de Luxembourg. En France, tout le territoire national reste sous souveraineté française après la défaite militaire, y compris l’empire colonial. La France conserve une armée, mais sans capacité militaire. Les régions occidentales de la Pologne occupée sont aussi annexées.

D’autres États, vaincus militairement, sont occupés par les Allemands sans que ces derniers en revendiquent l’annexion. Les Allemands administrent directement certains de ces pays où ils ont installé des forces d’occupation : c’est le régime du Reichskommissariat. On appelle pays satellites des États qui, en théorie, sont des alliés de l’Allemagne conservant officiellement leur souveraineté, mais qui, dans la pratique, sont très dépendants de l’Allemagne et sont obligés d’accepter sur leur sol les troupes allemandes. Ils doivent également se soumettre à la volonté de l’Allemagne lorsqu’il s’agit des affaires politiques internationales.

Combats dans un village incendié de Norvège, en avril 1940. Une fois l’invasion terminée, la Wehrmacht finit par céder la gestion de l’occupation du pays vaincu à une administration civile nazie : le Reichskommissariat. La domination allemande en Europe revêt un caractère différent selon les projets nazis, et selon que les habitants des pays occupés étaient considérés comme de  race  plus ou moins inférieure par Adolf Hitler. Europe de l’Ouest n’est pas considérée comme un espace vital à vider pour que des Allemands puissent y prendre place.

Dans le nouvel ordre européen, un pays comme la France garde sa place tant qu’il continue à collaborer, mais à un rang inférieur à celui de l’Allemagne. Des centaines de milliers d’enfants européens  germanisables  sont arrachés à leur famille et transférés dans les Lebensborn ouverts par Martin Bormann. Dans ces foyers, véritables  haras pour SS , il s’agit aussi d’étudier l’amélioration de la  race aryenne . Ouest, l’occupant allemand exerce une terreur moindre, mais n’en soumet pas moins les ressources des pays conquis au pillage systématique. Trésorerie du Reich est faite de tributs financiers prélevés sur les vaincus.

Hitler veut gagner la guerre et il a besoin d’armes. Deux grands principes président à la politique de l’Allemagne dans les pays d’Europe qu’elle a soumis. Les puissances de l’Axe, en général, l’Allemagne nazie en particulier, disposent avant la guerre de peu d’or et de devises, ce qui constitue un obstacle pour se doter des moyens nécessaires à la poursuite de la guerre. Allemagne avant la guerre avec l’Europe centrale et des pays comme la Bulgarie dont l’économie est ainsi liée à celle de l’Allemagne. Certaines entreprises des pays soumis peuvent quand même bénéficier de ce système en recevant des commandes. Ce mode de domination économique ne concerne pas seulement les pays alliés ou soumis par l’Allemagne, mais aussi des pays neutres comme la Suède ou la Suisse. Dans les territoires conquis à l’ouest, les occupants allemands prélèvent d’abord un butin de guerre.

Après leur défaite, les armées norvégienne, belge, néerlandaise et française doivent livrer à la Wehrmacht armes, munitions, moyens de transport, stocks et fortifications. Ensuite, les outils permettant l’exploitation des pays soumis sont le paiement de frais d’occupation, chiffrés en Marks, mais payés, en vertu des accords de clearing, dans la monnaie locale dont le taux de change est fixé arbitrairement par les vainqueurs. Les Bulgares, en principe alliés des Allemands, doivent également payer des frais d’entretien d’une armée allemande stationnée sur le sol bulgare et censée défendre la Bulgarie. La justification de ces frais d’occupation est que la Wehrmacht donne son sang, pour défendre les différents pays d’une invasion anglo-américaine ou soviétique. La France est le premier fournisseur du Reich. Crimes de guerre nazis en Union soviétique.

News Reporter